CEI REUNION

24/07/20

Emploi des jeunes : l’exécutif met 6,5 milliards sur la table

tirelire_orginale_pour_adulte_1600xNouvelles aides à l’embauche et à la formation, retour massif des contrats aidés, mobilisation exceptionnelle du plan d’investissement dans les compétences… Le ministère du Travail a détaillé, le 23 juillet, le plan d’aide d’urgence à l’emploi des jeunes, constituant le premier volet du grand plan de relance de l’emploi et de l’économie. Pour financer cette série de mesures destinées aux 16-25 ans, l’exécutif a débloqué une enveloppe de 6,5 milliards pour la séquence 2020-2021. Objectif : éviter aux 750 000 jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi en septembre de se retrouver le bec dans l’eau.

Avis de tempête sur l’emploi des jeunes. Selon les premières estimations du ministère du Travail, les services de Pôle Emploi s’attendent à une recrudescence d’inscriptions chez les 16-25 ans d’ici à la fin de l’année. « On pourrait en compter jusqu’à 250 000 de plus qu’en 2019 et les premières inscriptions de masse sont déjà recensées… », soupire-t-on dans l’entourage d’Elisabeth Borne, la nouvelle ministre du Travail.

Pour faire face à l’urgence, l’exécutif a mis la main à la poche : 6,5 milliards d’euros ont été débloqués pour financer le plan « 1 jeune, 1 solution», qui doit juguler la hausse du chômage chez les jeunes. Pour le ministère, ce plan doit constituer « un effort massif, global, fort et diversifié » en direction des jeunes.

Mesure-phare du plan :

-          une aide de 4 000 € versée aux entreprises qui s’engagent à embaucher un jeune soit en CDI, soit en CDD d’une durée minimale de trois mois.

Autrement dit, quasiment une année d’exemption de cotisations patronales pour l’employeur. L’aide, que le ministère désigne comme une « compensation de cotisations », devait initialement concerner les salaires jusqu’à 1,6 Smic. Elle sera portée à l’équivalent de 2 Smic pour répondre à une requête du Medef et sera valable pour tout contrat de travail signé entre le 1er août et le 1er janvier 2021.

L’aide sera versée trimestriellement aux entreprises par tranches de 1 000 € et représentera un coût global de 3,5 milliards dans l’enveloppe générale du plan.

Selon les prévisions de la rue de Grenelle, 450 000 embauches devraient être signées grâce à cette aide nouvelle. Ce coup de pouce s’ajoute aux aides à l’embauche d’apprentis et de contrats de professionnalisation instaurées en juin sous le ministère de Muriel Pénicaud, à savoir des primes de 5 000 € pour un mineur et de 8 000 € pour un majeur.

Initialement, ce soutien se limitait aux formations de CAP à Bac + 3, mais la commission mixte paritaire chargée de l’examen du troisième projet de loi de finances rectificative vient de faire sauter ce verrou. Désormais, Masters et Masters 2 seront aussi éligibles à ces financements.

Deuxième volet du plan : un coup de pouce massif à la formation de 200 000 jeunes supplémentaires vers les métiers et les filières d’avenir (transition écologique, numérique, soins et santé…). Ces mesures prendront la forme de 100  000 formations financées en 2020 et 2021 au titre du plan d’investissement dans les compétences (PIC) par l’Etat et les régions, ainsi que des abondements supplémentaires au compte personnel de formation (CPF) des jeunes de 16 à 25 ans qui choisiraient une formation aux métiers d’avenir, qu’il appartiendra à la délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) et aux régions d’identifier. D’ores et déjà, 5 000 formations d’infirmiers et 10 000 d’aides-soignants ont été retenues pour bénéficier de ces abondements supplémentaires. Ces mesures de formation inclueront également 35 000 parcours d’accompagnement pour les jeunes décrocheurs de 16 à 18 ans réalisés par l’AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes), 15 000 formations à la certification « CléA Numérique » et de 20 000 formations aux métiers numériques via les établissements labellisés « grande école du numérique ». Total de la facture : 1,5 milliard.

Toutefois, le détail précis des dépenses n’est pas encore déterminé…  

Septembre dans le viseur

Enfin, le plan prévoit un grand coup de boost en direction des parcours d’insertion personnalisés. 300 000 de ces parcours ont été budgétés à hauteur de 1,5 milliard, mais, là encore, sans informations précises sur le détail des financements.

Au programme, sont ainsi prévus : 60 000 parcours emploi compétences (soit 20 000 de plus que projetés initialement), ces contrats qui remplacent depuis 2018 les emplois aidés dans le secteur associatif ; 35 000 contrats supplémentaires pour le secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE), venant s’ajouter aux 100 000 déjà prévus en 2020-2021 ; 50 000 programmes de Garantie jeunes supplémentaires, renforçant les 100 000 déjà programmés par les missions locales ; 80 000 parcours d’accompagnement adapté vers l’emploi et l’autonomie (Pacea) de plus ; et 140 000 prestations d’accompagnement intensif des jeunes réalisées par Pôle Emploi. Le secteur marchand devrait aussi profiter de ce regain des contrats aidés, puisque la subvention à la rémunération des jeunes (égale à 47 % du salaire) sera maintenue en l’état, mais sur un périmètre d’entreprises plus étendu.

Au ministère, on ne détaille pour l’instant pas le montant des enveloppes dédiées à chaque pôle de dépenses, mais on assure que « les partenaires engagés (missions locales, Pôle Emploi, entreprises de l’ESS…) auront les moyens financiers et humains pour réaliser ces objectifs ». 

[...]

Extrait de l'article de Benjamin d’Alguerre sur ash.tm.fr

Image tirée sur Tirelissimo

Posté par ceireunion à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17/07/20

La prépa intégrée de l’ENPJJ recrute la promotion 2021

CPI_2020

Préparer le concours externe d’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse : pas toujours simple quand on manque de ressources. Pour favoriser l’égalité des chances, l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) a mis en place une classe préparatoire intégrée (CPI).

Depuis 2008, celle-ci offre à des candidats motivés et méritants une formation dans un cadre de travail optimal : le tutorat, l’hébergement et la restauration sont pris en charge par l’école.

Comment postuler ?

Trente-cinq places sont offertes pour la promotion 2021. La CPI est accessible aux titulaires d’un bac+3, aux père et mère de trois enfants ou aux sportifs de haut niveau, sous condition de ressources. En outre, les candidats doivent remplir les conditions pour postuler à un emploi public et se présenter au concours externe d’éducateur de la PJJ. Enfin, il faut faire preuve de motivation et d’intérêt pour le métier comme pour la prépa.

Envoyez votre dossier avant le 28 septembre 2020 (cachet de la poste faisant foi) à cette adresse :

École nationale de protection judiciaire de la jeunesse

Classe préparatoire intégrée

16, Rue du Curoir – BP 90114

59052 Roubaix Cedex 1

La sélection s’opère en deux temps : l’examen de votre dossier est complété par un entretien d’admission avec un jury de professionnels de la PJJ.  

 Admis, et ensuite ?

Les élèves de la CPI suivent une formation en présentiel sur le site central de l’ENPJJ, à Roubaix (62). Celle-ci débute en janvier et dure 16 semaines au total. Ils bénéficient également d’un accompagnement à distance (de mai à septembre).

Durant la période passée à Roubaix, l’hébergement et la restauration sont pris en charge par l’ENPJJ ainsi que les déplacements domicile – école lors des convocations (y compris pour les élèves issus des DOM-TOM). Lancez-vous !

 

Contact :

Secrétariat pôle Interventions éducatives : 03.59.03.13.81 - 03.59.03.13.90

 

>> Dossier d’inscription <<

>> Plaquette de présentation <<

Posté par ceireunion à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16/07/20

EMPLOI DES JEUNES : les annonces de l'éxécutif

image

Ce mercredi 15 juillet, le nouveau Premier ministre, Jean Castex, a annoncé dans son discours de politique générale « un plan pour la jeunesse » ainsi qu’une revalorisation de la prime de rentrée scolaire.

A la tête du nouveau gouvernement, Jean Castex promet de mettre la jeunesse au cœur de son action.  « 700 000 jeunes vont bientôt se présenter sur le marché du travail, a rappelé le nouveau Premier ministre dans son discours de politique générale prononcé ce mercredi 15 juillet. Aucun ne doit se trouver sans solution. Des mesures très fortes ont été annoncées pour soutenir l’apprentissage. Un plan pour la jeunesse sera discuté avec les partenaires sociaux ce vendredi. »

La veille, lors de son interview télévisée du 14 Juillet, Emmanuel Macron annonçait une exonération exceptionnelle des charges aux entreprises pour faciliter l’embauche des jeunes en difficulté. Le dispositif, qui doit durer entre un et deux ans, s’adressera en particulier aux jeunes ayant de « faibles qualifications », a assuré le président de la République. Autre annonce : la création de 100 000 nouveaux contrats en service civique dans les six mois à venir ... en plus des 140 000 actuelles.

[...]

Le chef de l’Etat souhaite également la création de 200 000 places dans des formations qualifiantes supérieures et de 300 000 projets et contrats d’insertion, qui doivent permettre « d’aller chercher les jeunes (…) les plus loin de l'emploi, qui n'ont pas réussi à trouver (…) l'entreprise qui leur signent leur contrat d'apprentissage ou leur alternance ».

L’exécutif s’engage par ailleurs à augmenter l’allocation de rentrée scolaire de 100 € de manière exceptionnelle en septembre. « Le plan pauvreté lancé par le précédent gouvernement sera poursuivi et amplifié en fonction de l’évolution de la conjoncture », ajoute Jean Castex.

Extrait de l'article "Emploi des jeunes : les annonces de l'éxécutif" de Marie Nahmias - www.ash.tm.fr

Posté par ceireunion à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13/07/20

Inscription à la formation de Moniteur-Educateur

concours ME

MONITEUR EDUCATEUR IRTS 974

Posté par ceireunion à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


07/07/20

« Territoires zéro chômeur » : une expérimentation en devenir

 

image

Depuis 2016, le dispositif « Territoires zéro chômeur de longue durée » fait ses preuves dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi. Fort de ce succès, son expérimentation va être reconduite et étendue. Une urgence pour ses fondateurs, dans un contexte de crise économique et sociale.

Personne n’est inemployable… La devise du dispositif « Territoires zéro chômeur de longue durée » (TZCLD) est la même que celle des entreprises de l’insertion par l’activité économique (IAE). Pourtant, Bernard Arru, directeur désormais retraité de l’association nationale éponyme, tient à le préciser : « Ce n’est pas un petit projet d’insertion. Notre enjeu de créer de l’emploi pour tous sur tout le territoire est très ambitieux. » Pourrait-il représenter une alternative pour lutter contre la crise économique et sociale qui s’annonce ? L’avenir le dira mais, portée par plusieurs associations (ATD quart monde, Emmaüs, le Secours catholique, la Fédération des acteurs de la solidarité) et actée par une loi en 2016, cette expérimentation poursuit son chemin dans dix territoires.

Le principe :

  • Embaucher en contrat à durée indéterminée des personnes au chômage depuis plus d’un an dans une entreprise à but d’emploi (EBE), où elles sont payées au Smic.

Elles doivent être volontaires et habiter dans la commune depuis au moins six mois.

Le financement des emplois – qui doivent répondre à des besoins locaux non satisfaits et être sans risque de concurrence avec des emplois existants – est assuré par l’Etat, les conseils départementaux et régionaux, les communautés de communes, les organismes publics et privés ainsi que par le chiffre d’affaires des EBE.

[...]

Dans cette approche innovante, la place laissée au temps est fondamentale. « Ce qui est bien dans cette expérimentation, c’est que l’on n’est pas dans un rythme imposé par un CDDI (contrat à durée déterminée d’insertion), explique Aurélie Mathelin. J’ai beaucoup travaillé dans le secteur de l’insertion par l’activité économique où une personne accompagnée a six mois pour atteindre tel objectif, un an pour tel autre… Au bout de 24 mois, elle doit sortir du dispositif. Là, il n’y a pas ce couperet, on peut travailler au rythme de la personne, on fait avec elle. Certaines se relèvent très vite, d’autres ont besoin de temps. » Un atout précieux qui permet à chacun de se remettre doucement sur les rails, d’oser prendre la parole, de reprendre confiance, de retrouver du lien social… « Tout le monde a envie d’avoir sa place dans la société, en particulier à travers un travail. Même les personnes les plus cabossées par la vie aspirent à être utiles », souligne Bernard Arru. Et d’ajouter : « Il n’y a pas de pression sur les salariés pour les inciter à retourner sur le marché du travail conventionnel. Certains le peuvent, d’autres pas, alors pourquoi les culpabiliser ? » Mieux : en cas de départ de l’EBE pour un autre travail, le salarié peut y revenir pendant six mois.

Une nouvelle comptabilité

Reste que cette expérimentation a un coût. Il a fallu que ses responsables produisent plusieurs rapports pour prouver sa rentabilité, certes encore fragile. Or la création d’un emploi avoisine annuellement 20 000 € par personne. Soit, à peu près, l’équivalent de la prise en charge par les finances publiques d’un chômeur de longue durée, estimée à 18 000 € en comptant l’allocation, l’accompagnement, les dépenses de santé à long terme et le manque à gagner pour l’économie en matière de recettes (TVA, impôts), puisqu’une personne privée d’emploi consomme moins que les autres. « Tout n’est pas financier, heureusement, déclare Laurent Grandguillaume. “Territoires zéro chômeur” est un tout, dans lequel il faut englober les activités nouvelles qui n’existaient pas dans les territoires et l’impact qualitatif sur les personnes privées d’emploi qui ont retrouvé de la fierté. » Autrement dit par Aurélie Mathelin : « En plus d’inventer de nouveaux métiers, on invente une nouvelle comptabilité. »

[...]

Source : www.ash.tm.fr - Juin 2020

Posté par ceireunion à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06/07/20

Ce qui change au 1er juiller 2020

I3961

Allocations d'assurance chômage

À partir du 1er juillet 2020, les montants de l'allocation minimale, de la partie fixe de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) et du seuil minimum de l'ARE pour les allocataires effectuant une formation sont revalorisés de 0,40 %.

Revalorisation des allocations d'assurance chômage 

Logement : les aides pour payer son loyer sont à demander à partir du 30 juin

Chômeurs, salariés en difficulté ayant connu une baisse de revenus pendant la crise sanitaire, une aide a été mise en place pour vous aider à payer votre loyer ou votre échéance de crédit. Cette aide est également ouverte aux salariés du secteur agricole. Par ailleurs, les saisonniers agricoles mobilisés pendant la crise sanitaire peuvent bénéficier d'une aide exceptionnelle. Les demandes sont ouvertes depuis le 30 juin.

Logement : une aide de 150 euros aux chômeurs et aux salariés en difficulté

Logement : une aide de 150 euros aux saisonniers du secteur agricole

Paiement de ses impôts au bureau de tabac

De nombreux buralistes peuvent proposer à leurs clients de payer leurs impôts (en espèces dans la limite de 300 € et par carte bancaire) directement dans les bureaux de tabac. L'expérimentation mise en place en février s'étend sur le territoire avec 4 700 points de contact de proximité répartis dans 3 400 communes.

Payer ses impôts au bureau de tabac : déjà possible dans certains départements

Réouverture des frontières extérieures de l'UE

Les frontières extérieures de l'Union européenne et de l'espace Schengen rouvrent aux voyageurs de 15 pays, sous certaines conditions.

Réouverture progressive des frontières de l'UE à 15 pays

Exposition aux ondes : un affichage sur tous les appareils connectés ou radiotélécommandés

Tablettes, montres connectées, jouets radiocommandés... À partir du 1er juillet 2020, le débit d'absorption spécifique (DAS) sera affiché sur tous les équipements radioélectriques susceptibles d'être utilisés à proximité du corps humain (jusqu'à 20 centimètres).

Exposition aux ondes : bientôt un affichage sur tous les équipements radioélectriques

Source : www.service-public.fr

Posté par ceireunion à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29/06/20

Contrats en alternance à EDF REUNION

 

EDF

EDF à La Réunion recrute des jeunes en contrats en alternance.

EDF à La Réunion est une entreprise qui intègre l’ensemble des métiers d’électricien sur son territoire (production, transport, distribution). Vous désirez obtenir une formation solide, être accompagné(e) par un tuteur impliqué et bénéficier de conditions optimales, n’hésitez plus, découvrez le détail de nos offres ! Conformément aux engagements pris par EDF SA en faveur de l’accueil et de l’intégration des personnes en situation de handicap, ces offres sont ouvertes à toutes et à tous sous réserve de l’accord de la médecine du travail.
Dans ce contexte, EDF recrute !!!

Posté par ceireunion à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22/06/20

Offres d'emploi de l'Académie de la Réunion

ac-reunion

Expérience souhaitée dans la formation en apprentissage ou dans la coordination pédagogique

 

10 postes d’enseignants-formateurs en temps partagés sont à pourvoir à la rentrée d’août 2020 à l’INSPÉ, Université de La Réunion.Les profils de...

 

La présente circulaire a pour objet de préciser les modifications du calendrier de recrutement des conseillers en formation continue sur les postes...

 

L’académie de la Réunion lance un appel à candidature dans le cadre du recrutement de psychologue de l’Éducation Nationale pour des affectations dans...

 

L’académie de la Réunion lance un appel à candidature dans le cadre du recrutement d’enseignants non titulaires pour intégrer le vivier des...

 

L'académie recrute des assistants d'éducation. Accédez au site pour postuler.

 

Posté par ceireunion à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :