CEI REUNION

07/07/20

« Territoires zéro chômeur » : une expérimentation en devenir

 

image

Depuis 2016, le dispositif « Territoires zéro chômeur de longue durée » fait ses preuves dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi. Fort de ce succès, son expérimentation va être reconduite et étendue. Une urgence pour ses fondateurs, dans un contexte de crise économique et sociale.

Personne n’est inemployable… La devise du dispositif « Territoires zéro chômeur de longue durée » (TZCLD) est la même que celle des entreprises de l’insertion par l’activité économique (IAE). Pourtant, Bernard Arru, directeur désormais retraité de l’association nationale éponyme, tient à le préciser : « Ce n’est pas un petit projet d’insertion. Notre enjeu de créer de l’emploi pour tous sur tout le territoire est très ambitieux. » Pourrait-il représenter une alternative pour lutter contre la crise économique et sociale qui s’annonce ? L’avenir le dira mais, portée par plusieurs associations (ATD quart monde, Emmaüs, le Secours catholique, la Fédération des acteurs de la solidarité) et actée par une loi en 2016, cette expérimentation poursuit son chemin dans dix territoires.

Le principe :

  • Embaucher en contrat à durée indéterminée des personnes au chômage depuis plus d’un an dans une entreprise à but d’emploi (EBE), où elles sont payées au Smic.

Elles doivent être volontaires et habiter dans la commune depuis au moins six mois.

Le financement des emplois – qui doivent répondre à des besoins locaux non satisfaits et être sans risque de concurrence avec des emplois existants – est assuré par l’Etat, les conseils départementaux et régionaux, les communautés de communes, les organismes publics et privés ainsi que par le chiffre d’affaires des EBE.

[...]

Dans cette approche innovante, la place laissée au temps est fondamentale. « Ce qui est bien dans cette expérimentation, c’est que l’on n’est pas dans un rythme imposé par un CDDI (contrat à durée déterminée d’insertion), explique Aurélie Mathelin. J’ai beaucoup travaillé dans le secteur de l’insertion par l’activité économique où une personne accompagnée a six mois pour atteindre tel objectif, un an pour tel autre… Au bout de 24 mois, elle doit sortir du dispositif. Là, il n’y a pas ce couperet, on peut travailler au rythme de la personne, on fait avec elle. Certaines se relèvent très vite, d’autres ont besoin de temps. » Un atout précieux qui permet à chacun de se remettre doucement sur les rails, d’oser prendre la parole, de reprendre confiance, de retrouver du lien social… « Tout le monde a envie d’avoir sa place dans la société, en particulier à travers un travail. Même les personnes les plus cabossées par la vie aspirent à être utiles », souligne Bernard Arru. Et d’ajouter : « Il n’y a pas de pression sur les salariés pour les inciter à retourner sur le marché du travail conventionnel. Certains le peuvent, d’autres pas, alors pourquoi les culpabiliser ? » Mieux : en cas de départ de l’EBE pour un autre travail, le salarié peut y revenir pendant six mois.

Une nouvelle comptabilité

Reste que cette expérimentation a un coût. Il a fallu que ses responsables produisent plusieurs rapports pour prouver sa rentabilité, certes encore fragile. Or la création d’un emploi avoisine annuellement 20 000 € par personne. Soit, à peu près, l’équivalent de la prise en charge par les finances publiques d’un chômeur de longue durée, estimée à 18 000 € en comptant l’allocation, l’accompagnement, les dépenses de santé à long terme et le manque à gagner pour l’économie en matière de recettes (TVA, impôts), puisqu’une personne privée d’emploi consomme moins que les autres. « Tout n’est pas financier, heureusement, déclare Laurent Grandguillaume. “Territoires zéro chômeur” est un tout, dans lequel il faut englober les activités nouvelles qui n’existaient pas dans les territoires et l’impact qualitatif sur les personnes privées d’emploi qui ont retrouvé de la fierté. » Autrement dit par Aurélie Mathelin : « En plus d’inventer de nouveaux métiers, on invente une nouvelle comptabilité. »

[...]

Source : www.ash.tm.fr - Juin 2020

Posté par ceireunion à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06/07/20

Ce qui change au 1er juiller 2020

I3961

Allocations d'assurance chômage

À partir du 1er juillet 2020, les montants de l'allocation minimale, de la partie fixe de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) et du seuil minimum de l'ARE pour les allocataires effectuant une formation sont revalorisés de 0,40 %.

Revalorisation des allocations d'assurance chômage 

Logement : les aides pour payer son loyer sont à demander à partir du 30 juin

Chômeurs, salariés en difficulté ayant connu une baisse de revenus pendant la crise sanitaire, une aide a été mise en place pour vous aider à payer votre loyer ou votre échéance de crédit. Cette aide est également ouverte aux salariés du secteur agricole. Par ailleurs, les saisonniers agricoles mobilisés pendant la crise sanitaire peuvent bénéficier d'une aide exceptionnelle. Les demandes sont ouvertes depuis le 30 juin.

Logement : une aide de 150 euros aux chômeurs et aux salariés en difficulté

Logement : une aide de 150 euros aux saisonniers du secteur agricole

Paiement de ses impôts au bureau de tabac

De nombreux buralistes peuvent proposer à leurs clients de payer leurs impôts (en espèces dans la limite de 300 € et par carte bancaire) directement dans les bureaux de tabac. L'expérimentation mise en place en février s'étend sur le territoire avec 4 700 points de contact de proximité répartis dans 3 400 communes.

Payer ses impôts au bureau de tabac : déjà possible dans certains départements

Réouverture des frontières extérieures de l'UE

Les frontières extérieures de l'Union européenne et de l'espace Schengen rouvrent aux voyageurs de 15 pays, sous certaines conditions.

Réouverture progressive des frontières de l'UE à 15 pays

Exposition aux ondes : un affichage sur tous les appareils connectés ou radiotélécommandés

Tablettes, montres connectées, jouets radiocommandés... À partir du 1er juillet 2020, le débit d'absorption spécifique (DAS) sera affiché sur tous les équipements radioélectriques susceptibles d'être utilisés à proximité du corps humain (jusqu'à 20 centimètres).

Exposition aux ondes : bientôt un affichage sur tous les équipements radioélectriques

Source : www.service-public.fr

Posté par ceireunion à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29/06/20

Contrats en alternance à EDF REUNION

 

EDF

EDF à La Réunion recrute des jeunes en contrats en alternance.

EDF à La Réunion est une entreprise qui intègre l’ensemble des métiers d’électricien sur son territoire (production, transport, distribution). Vous désirez obtenir une formation solide, être accompagné(e) par un tuteur impliqué et bénéficier de conditions optimales, n’hésitez plus, découvrez le détail de nos offres ! Conformément aux engagements pris par EDF SA en faveur de l’accueil et de l’intégration des personnes en situation de handicap, ces offres sont ouvertes à toutes et à tous sous réserve de l’accord de la médecine du travail.
Dans ce contexte, EDF recrute !!!

Posté par ceireunion à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22/06/20

Offres d'emploi de l'Académie de la Réunion

ac-reunion

Expérience souhaitée dans la formation en apprentissage ou dans la coordination pédagogique

 

10 postes d’enseignants-formateurs en temps partagés sont à pourvoir à la rentrée d’août 2020 à l’INSPÉ, Université de La Réunion.Les profils de...

 

La présente circulaire a pour objet de préciser les modifications du calendrier de recrutement des conseillers en formation continue sur les postes...

 

L’académie de la Réunion lance un appel à candidature dans le cadre du recrutement de psychologue de l’Éducation Nationale pour des affectations dans...

 

L’académie de la Réunion lance un appel à candidature dans le cadre du recrutement d’enseignants non titulaires pour intégrer le vivier des...

 

L'académie recrute des assistants d'éducation. Accédez au site pour postuler.

 

Posté par ceireunion à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16/06/20

OFFRES DE CONTRATS D'APPRENTISSAGE

offres apprentissage 974Cliquez sur l'image pour agrandir

Posté par ceireunion à 08:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


11/06/20

Concours d’éducateur : réouverture des inscriptions

Donner des repères, développer et valoriser des compétences, transmettre des valeurs à des jeunes pris en charge par la justice des mineurs : un métier qui a du sens ! Voici les détails pratiques si vous voulez passer le concours pour devenir éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse en 2020. Suite à la crise sanitaire, la date limite des inscriptions est repoussée jusqu'au 8 juillet.

 

En 2020, 168 postes seront ouverts au niveau national : 104 au concours externe, 64 au concours interne. En 2018, environ 16 % des présents aux concours ont été admis. Si c’est votre cas cette année, votre rentrée à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) aura lieu le 1er mars 2021. La formation dure 18 mois. Une fois diplômé(e), vous serez affecté(e) dans un service éducatif. Vous voulez accompagner des jeunes vers un avenir ? À vous de jouer !

Suite à la crise sanitaire, les inscriptions sont prolongées jusqu’au 8 juillet 2020 et l’épreuve écrite d’admission est décalée au 22 septembre. Les candidats qui se sont inscrits lors de la première session d’inscription, ouverte le 26 février 2020, n’ont pas à se réinscrire.

 

>> Inscription au concours interne : cliquez ici <<

>> Inscription au concours externe : cliquez ici <<

 

Pour tenter le concours interne, il faut justifier de quatre années de service public (et non plus trois). Pour le concours externe, un niveau bac+3 (et non plus bac+2) est demandé. Un arrêté daté du 10 février 2020 précise les diplômes requis. Des profils variés (sciences humaines et sociales, sports, numérique, arts, droit…) sont les bienvenus. Il faut surtout aimer le relationnel et savoir travailler en équipe – pluridisciplinaire – pour être éducateur.

KIT DE COMMUNICATION DE LA CAMPAGNE DE RECRUTEMENT 2020

Spécificités liées au contexte du Covid 19 :

1- Les candidats doivent pouvoir justifier de leurs conditions d'admission à concourir (diplôme ou durée de services publics) au plus tard à la date d'établissement de la liste des candidats admis, soit au 18 décembre 2020.

2- Le stage d'observation de 5 jours des candidats admissibles est supprimé cette année.

3- L'épreuve orale de la table ronde est supprimée. Ainsi, les candidats admissibles ne passeront qu'une seule épreuve orale, consistant en un entretien avec le jury destiné à vérifier l'aptitude et la motivation du candidat à exercer les fonctions d'éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse

Le coefficient de l'épreuve orale est porté à 8

 

 Source : Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse - 8 juin 2020

Posté par ceireunion à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18/04/19

Un nouveau contrat aidé à la Réunion : l'emploi franc

Un nouveau contrat aidé vient de faire son entrée à la Réunion, il s'agit de l'emploi franc. Le principe est simple : une aide sera versée à tout employeur qui embauche en CDD ou CDI un demandeur d'emploi issu d'un quartier prioritaire de la Réunion.

Pour voir la liste complète des quartiers concernés, cliquez sur le lien suivant : les_quartiers_francs_de_la_reunion-974

Conditions de l'aide

Un employeur qui recrute un demandeur d'emploi résidant dans l'un des quartiers prioritaires de la politique de la ville peut bénéficier de la prime "emploi franc" sauf :

  • s'il n'est pas à jour de ses obligations fiscales ;
  • s'il a effectué un licenciement économique sur le futur poste "emploi franc"dans les 6 mois précédant l'embauche ;
  • s'il bénéficie d'une autre aide de l'État à l'insertion, à l'accès ou au retour à l'emploi versée pour le salarié recruté en emploi franc.

Le salarié recruté en emploi franc ne doit pas avoir appartenu à l'effectif de l'entreprise au cours des 6 derniers mois.

Ne sont pas concernés par le dispositif emplois francs :

  • les établissements publics administratifs, les établissements publics industriels et commerciaux et les sociétés d'économie mixte ;
  • les particuliers employeurs.

Montant de la prime

Le montant de l'aide financière accordée pour un emploi franc est de :

  • 5000 € par an pendant 3 ans maximum pour un contrat à durée indéterminée (CDI) ;
  • 2500 € par an, pendant 2  ans maximum, pour un recrutement en contrat à durée déterminée (CDD) d'au moins 6 mois.

L'aide est calculée au prorata :

  • de la durée effective du contrat de travail si le contrat de travail est interrompu en cours d'année civile ;
  • de la durée de travail hebdomadaire, lorsque cette durée est inférieure au temps plein.

 Comment demander la prime

L'employeur doit demander l'aide financière auprès de PÔLE EMPLOI dans les 2 mois suivants la date de signature du contrat de travail

Formulaire : Demande d'aide - dispositif expérimental emplois francs

 La prime est ensuite versée chaque semestre, après transmission d'une attestation de l'employeur à Pôle emploi.

Le défaut d'attestation de présence dans les 2 mois suivant l'échéance d'un semestre peut entraîner la perte définitive du droit à l'aide pour cette période.

Le défaut d'attestation de présence dans les 4 mois suivant l'échéance de chaque semestre d'exécution du contrat entraîne la perte définitive du droit au versement de l'aide.

  À savoir :

Si le montant de l'aide est inférieur à 100 €, elle n'est pas versée à l'entreprise

Source : service-public.fr

Posté par ceireunion à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28/11/13

Les démarches pour être assistante maternelle

La personne qui souhaite devenir assistante maternelle doit faire une demande d’agrément auprès du conseil général de son département de résidence. La demande s’effectue au moyen d’un formulaire dédié auquel doivent être joints certains documents. Un arrêté paru au Journal officiel le 26 octobre dernier a modifié la liste des pièces à fournir pour toute demande d’agrément introduite depuis le 1er octobre 2013.

Un arrêté du 19 août 2013 prévoit une nouvelle version du formulaire de demande d’agrément d’assistant(e) maternel(le) et fixe la composition du dossier de demande d’agrément.

Ainsi toute personne qui présente une demande d’agrément d’assistant(e) maternel(le) doit désormais fournir comme cela était déjà le cas avant le 1er octobre 2013 :

  • un certificat médical attestant que son état de santé lui permet d’accueillir des enfants,
  • un extrait de bulletin n° 3 du casier judiciaire de chaque personne majeure vivant à son domicile,

plus :

  • la copie de sa pièce d’identité ou de son titre de séjour valant autorisation de travail,
  • la copie d’un justificatif de domicile,
  • une attestation d’assurance responsabilité civile professionnelle couvrant les dégâts corporels causés ou subis par les enfants accueillis,

et le cas échéant (exercice en maison d’assistante maternelle) :

  • une attestation d’assurance « incendie accidents et risques divers » de la maison,
  • l’autorisation d’ouverture au public.

Le service départemental de protection maternelle et infantile peut éventuellement demander les copies de pièces complémentaires (attestation de visite annuelle des appareils de chauffage, certificat de ramonage…)

L’agrément est accordé par le président du conseil général pour 5 ans. L’assistant(e) maternel(le) qui souhaite faire renouveler son agrément en fait la demande auprès de son département au moins 3 mois avant sa date d’expiration. Le renouvellement de l’agrément est soumis aux mêmes conditions que la 1ère demande.

Pour en savoir plus

Publié le 30.10.2013

Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Posté par ceireunion à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]